Votre opinion

En finir avec les classements ?

La semaine dernière, La presse publiait un article sur la récente décision de la Fédération finlandaise de hockey d’éliminer les classements et les statistiques individuels chez les jeunes de moins de 12 ans. Nous avons donc décidé d’interpeller quelques acteurs, dans différent secteur d’éducation, du Réseau du sport étudiant de la région de Québec et Chaudière-Appalaches afin de connaître leur opinion sur le sujet.


Laurent Issa / Responsable des sports / Collège Champigny

« L’élimination des classements est un moyen pour faire comprendre aux entraîneurs et parents que la finalité du développement sportif ne se mesure pas avec les victoires ou les défaites. Il s’agit là d’un simple indicateur de performance à un moment donné. Le même duel entre 2 équipes à un moment différent dans une saison peut avoir un résultat différent. Le classement n’est pas mauvais en soi, mais c’est l’interprétation qu’on en fait qui est déficiente. En tant que sport scolaire, notre focus devrait être appliqué sur le processus d’apprentissage, et non la finalité elle-même. Qu’il y ait ou non un classement. »



Jean-Noël Corriveau /Conseiller à la vie étudiante, Service à l’animation sportive / Cégep de Limoilou

« Personnellement je suis bien d’accord pour qu’il n’y ait pas de classement dans les ligues pour les enfants de 12 ans et moins. Dans la région de Québec, j’ai pu constater la différence à ce sujet entre le soccer et le baseball. Et je peux sans contredit affirmer que la différence est énorme autant chez les parents que chez les entraîneurs.

Au soccer, il n’y pas de classement dans les ligues U-12 et moins qui sont donc appelées des ligues de développement. Le terme est juste et cela se reflète dans l’attitude des parents tout comme dans celle des entraîneurs. Ces derniers mettent l’emphase sur le développement du joueur et non pas sur le résultat de la partie. Ça fait une énorme différence!  Compte tenu qu’il n’y pas de classement, il n’y pas d’éliminatoires de fin de saison non plus. Donc personne ne se préoccupe de savoir si l’entraîneur a pris la bonne décision, si sa décision coûtera une victoire et si cela aura un impact sur la participation ou non de l’équipe aux séries d’après-saison. De plus, règle générale, il y a plus d’entrainements que de matchs, souvent dans une proportion deux tiers/un tiers, ce qui est tout à fait souhaitable à ce niveau. L’apprentissage est supérieur à l’entrainement qu’en situation de match.

À l’opposé de cela se retrouve le baseball mineur. Pour des jeunes atomes et moustiques (7 à 11 ans) plus de matchs que d’entraînements, des classements et des séries éliminatoires qui font en sorte que bien des entraîneurs «focussent» sur le résultat, ce qui laisse parfois même place à des scènes plus ou moins gracieuses (échanges verbaux entre entraîneurs ou entre entraîneurs et spectateurs). Cela fait également en sorte que des entraîneurs vont à l’encontre de ce qui est souhaité (fortement recommandé mais pas réglementé) à ces niveaux, comme le fait de faire une rotation de position pour les joueurs à toutes les deux manches…ce qui va s’en dire, va également à l’encontre du développement global du jeune joueur.

Bref je suis convaincu que pour le développement des jeunes, le fait de ne pas avoir de classement permettrait que d’avantage d’entraîneurs mettent l’emphase sur le processus et l’apprentissage plutôt que sur le résultat. »



Si vous désirez partager votre opinion et/ou suggérer un sujet relié à l’activité sportive, veuillez nous écrire à emarier@qca.rseq.ca

Au plaisir de vous lire!

Partager